Nos athlètes olympiques canadiens qualifiés s’entraînent avec les meilleurs joueurs portugais, dont Apolonia et Freitas. Quelle est leur impression de l’entraînement et des préparatifs ?

Mo Zhang :

«Je pense que j’ai pu atteindre un nouveau niveau plus élevé au cours des deux derniers mois. Mon jeu de jambes et mon attaque se sont améliorés. Dans mon cas, je me prépare pour deux épreuves, le simple et le double mixte. Cela vient avec beaucoup de responsabilités. Le double mixte est un véritable travail d’équipe. Certains éléments sont très spécifiques et ne s’appliquent qu’aux doubles. Certaines compétences sont transférables et aident également à ma préparation pour les simples, comme le jeu de jambes et la prise de décision.

Il reste encore dix jours avant d’atteindre le Japon et plus de deux semaines avant les premiers matches. Au Canada et ici au Portugal, nous nous sommes bien préparés. A Tokyo, nous savons que nous devons faire face à des types de Jeux Olympiques différents de ceux auxquels j’ai assisté auparavant. Il y aura beaucoup de restrictions et de règles. Mentalement, je suis prête. »

Dejan Papic, Consultant Haute Performance :

« Pour l’instant, je suis satisfait des préparatifs. Au Canada, Mo et Eugene s’entraînaient en moyenne 24 heures par semaine, dont 3 à 6 heures d’entraînement physique. C’est la bonne quantité de charge pour les joueurs de plus de 30 ans. Ils doivent souvent faire face à des problèmes mineurs liés à l’état de leurs muscles, mais cela n’a pas entraîné de perturbation majeure du volume d’entraînement.

Jeremy a suivi un parcours différent davantage axé sur les compétitions. Pendant une période de quatre semaines en mai-juin, il a participé à quatre tournois consécutifs aux États-Unis avec de bons résultats.

Dès le début de nos préparatifs, nous recherchions plus d’exposition à une variété de joueurs de haut niveau et d’avoir des situations de match en particulier pour notre paire de double mixte. Les tentatives pour faire venir des partenaires d’entraînement au Canada n’ont pas abouti en raison des restrictions de Covid. Il s’est avéré qu’obtenir des visas pour les joueurs étrangers désireux de venir au Canada était une tâche impossible. Nous recherchions également un camp international à l’extérieur du Canada. De nombreuses équipes de tennis de table sont entrées dans un environnement de « bulle ». Nos plans de formation au Japon ne se sont pas non plus concrétisés à cause de Covid.

Nous sommes très chanceux et reconnaissants que la fédération de tennis de table du Portugal ait répondu positivement à notre demande de pratiquer avec son équipe. Je suis également informé que de nombreux athlètes canadiens d’autres sports ont abandonné les camps internationaux en raison de Covid.

Pendant 18 jours à Porto (Portugal), nous avons un grand groupe d’entraînement au Centre National de Haute Performance. Tous les membres de l’équipe nationale portugaise ainsi que Shibaev de Russie font partie de la formation. L’équipe portugaise a une grande profondeur et il y a pas mal de joueurs de haut niveau en plus de leurs cinq Olympiens (Marcos Freitas, Tiago Apolonia, Joao Monteiro, Jieni Shao et Fu Yu).

Mo et Eugene sont des joueurs expérimentés et ils s’adaptent rapidement aux nouveaux défis de ce camp d’entraînement. Pour Jeremy, ce seront ses premiers Jeux Olympiques. Il a plus de 14 ans de moins que Mo et Eugene. Il y a beaucoup de choses qu’il a besoin d’apprendre et de créer de nouvelles habitudes. Il en est bien conscient et il fait un très bon travail ici. Il est clair que Jeremy, ainsi que Mo et Eugene, ont une bonne base technique et qu’ils sont capables de maintenir le niveau d’entraînement avec les Portugais. Si nous avons des conditions similaires comme celle-ci au Canada, je suis convaincu que le Canada serait compétitif avec les meilleurs pays du monde.

Dans le passé, j’ai travaillé en Ontario avec Eugene et Jeremy. Leur approche et leur attitude positive ne m’étonnent pas. Avec Mo, je n’ai pas beaucoup travaillé dans le passé. Cependant, Mo est la plus agréable surprise pour moi. Elle s’entraîne très dur. Son amélioration est évidente avec un coup droit profond, un bon jeu de jambes et une attaque généralement meilleure. Ce qui est encore plus important pour moi, c’est son attitude, qui est très positive. Nous avons également de bien meilleures communications.

Hong Tao, en tant que partenaire d’entraînement et entraîneur conseiller (au banc), fait également un excellent travail. Ce n’est pas facile pour lui, car des joueurs connus font parfois des suggestions et il y a une grande différence d’âge au sein du groupe. Il a très bien répondu à ces défis et a créé une atmosphère d’entraînement positive. Il doit également être remercié pour l’amélioration de Mo.

Il est difficile de prédire quel sera le résultat aux Jeux, mais ce qui a été fait ici et au Canada au cours des deux derniers mois est un grand pas en avant pour notre équipe. Ce genre d’attitude et d’éthique de travail doit devenir la norme pour les années à venir, et pas seulement avant les grands Jeux.