La Québécoise Marzieh Hakimara est l’officielle représentant le Canada aux Jeux olympiques de Tokyo. Elle est l’officielle féminin la mieux classée au Canada. La Fédération internationale de tennis de table et le Comité olympique ne sélectionnent que les meilleurs au monde, un groupe d’élites, dont Marzieh fait partie.

Suivez Marzieh et son aventure olympique avec nous.

J’ai commencé mon voyage pour Tokyo le 20 juillet en partant de l’aéroport de Montréal jusqu’à Vancouver puis à Tokyo. Nous devions avoir deux tests RT-PCR négatifs dans les 72 à 96 heures pour être autorisés à embarquer. À l’aéroport de Vancouver, de nombreuses personnes provenant de pays étrangers se rendaient également à Tokyo pour les Jeux olympiques. Je ne pouvais pas croire qu’ils ne laissent pas embarquer quelqu’un juste parce que son test avait été fait 15 minutes plus tôt que 72 heures.

A l’aéroport de Tokyo, il y avait trop de bénévoles pour aider les organisateurs responsables des Jeux olympiques. Même si tout était organisé, tout le monde était à l’aéroport entre 5 et 7 heures. Les deux jours suivants, la plupart du temps, nous avions des réunions avec le juge- arbitre et nous avons eu des pratiques pour nous familiariser avec le nouvel équipement.

Premier jour

Le premier jour du tournoi, chaque équipe d’arbitres s’est vue attribuer 4 matchs, 2 matchs en tant qu’arbitre et 2 matchs en tant qu’assistant arbitre. Dans la zone d’appel, les joueurs doivent d’abord rencontrer les arbitres, puis doivent être contrôlés pour la règle  50 (restrictions de publicité pour les Jeux olympiques). Les deux premiers jours, le double mixte et les simples ont été joués.

Troisième jour

Le troisième jour (3e tour), les matchs étaient plus serrés avec les joueurs les plus forts. J’ai vraiment apprécié arbitrer le match entre Harimoto du Japon et Lam de Hong Kong. La bonne nouvelle est que ZHANG Mo a battu son adversaire et s’est qualifiée pour le tour suivant.

Quatrième jour

Le quatrième jour, on m’a attribué 3 matchs, le match le plus excitant était entre Koki Niwa (JPN) et Yang Wang (SLV). Wang est un défenseur, Niwa a gagné le match et de très beaux échanges ont été joués.

Mon autre match en quart de finale était entre k.Ishikawa (JPN, classé 5e) et M.Yu (SGP, classé 26e). Étonnamment, Ishikawa a perdu 1:4. Elle est l’une des joueuses les plus populaires au Japon et l’une des meilleures joueuses du monde.

Cinquième jour

Le cinquième jour, j’ai également travaillé à la station de règle 50 pour une session. Les joueurs, les entraîneurs et les médecins de l’équipe sont vérifiés pour les restrictions de publicité. Tout doit être vérifié, vêtements, serviette, raquettes, étui de raquette, bouteille d’eau, bas, chaussures, bandeau, bandeau au poignet et sacs.

Autre chose,  Mima Ito (JPN, classée 2e) a perdu son match contre Chen Meng (CHN, classée) en demi-finale. Ainsi, aucun joueur japonais n’a atteint la finale. Elle a ensuite remporté la médaille de bronze en simple.

Nous logeons à l’hôtel Sunroute Plaza Shinjuku. Nous ne partageons pas la chambre. (Le seul résultat positif de la pandémie.)

Ces Jeux olympiques sont différents des précédents Jeux olympiques. Nous vivons des choses que les arbitres des Jeux olympiques n’ont pas vécues auparavant et, malheureusement, ils ont vécu des choses que nous n’avons pas vécues. J’aurais aimé pouvoir visiter la ville belle, propre et soignée. L’hôtel et le lieu de compétition sont les seuls endroits où nous sommes autorisés.

Il y a 13 heures et demie de décalage horaire. Les premiers jours, j’ai souffert du décalage horaire. J’essaie d’être concentrée. Les arbitres sont humains et peuvent faire des erreurs, mais nous avons une énorme responsabilité. Les joueurs ont rêvé de jouer aux Jeux olympiques et d’y obtenir le meilleur résultat, ils ont fait beaucoup d’efforts au cours des 4(5) dernières années pour y arriver, et selon moi cela rend ce tournoi différent des autres. « Il n’y a pas de place pour l’erreur ».

La présentation est aussi très importante pour les organisateurs (parfois plus importante que tout le reste ), donc nous devons avoir une très bonne prestation et présentation lors de l’arbitrage.

Jour 9

Aujourd’hui nous en étions au 9e jour des Jeux olympiques et les rencontres par équipe ont commencé. Mon premier match opposait les équipes masculines de Chine et d’’Égypte. J’ai beaucoup apprécié chaque point disputé par les joueurs, que leur adversaire soit beaucoup plus fort ou faible qu’eux.

Jour 10

Aujourd’hui, j’ai arbitré un match passionnant entre l’équipe féminine d’Allemagne et de la Corée. Il semblait que les deux équipes auraient une compétition difficile. Dès le premier jour de la compétition, chaque équipe acceptait de changer de maillot si les deux équipes avaient la même couleur. J’ai dû lancer deux fois des pièces pour le maillot et la sélection de banc dans la zone d’appel. Je m’attendais à ce que nous ayons un match difficile et que je devrais être très prudente. Le match a été vraiment serré, il a duré environ quatre heures et finalement l’Allemagne a gagné la rencontre 3-2.

Un dernier mot que vous voudriez partager à propos de votre expérience aux Jeux olympiques de Tokyo ?

Je ne peux pas dire que j’ai appris quelque chose de spécial en tant qu’arbitre dans les matchs, mais je pense que nous pouvons apprendre de chaque instant dans chaque tournoi. J’essaie toujours de regarder la performance des autres arbitres en match encore et encore pour améliorer mes actions. Ce que j’ai vécu et que je ne veux pas revivre, c’est de voir les joueurs qui cherchaient la plupart du temps quelqu’un pour partager leur bonheur et leur succès dans une compétition aussi importante mais malheureusement, qui ne trouvaient personne à cause des restrictions pandémiques. Je pouvais sentir à quel point la situation était difficile pour eux.