Dans moins de 2 semaines, Greg sera en route pour les Jeux Paralympiques de Tokyo. Après avoir été arbitre en 2004 aux Jeux d’Athènes et en 2008 à Pékin, en 2012 en tant que contrôleur de raquette, ce sera sa 4ème expérience olympique/paralympique en tant qu’arbitre.

Êtes-vous excité de participer aux Jeux et de votre expérience prochaine aux Jeux paralympiques de Tokyo ?

Tout d’abord, la sécurité et de bons jeux pour nous tous. Athlètes et officiels. Et bien sûr je sors. Représenter mon pays à un événement aussi prestigieux est une grande fierté. C’est un grand honneur d’être nominé et sélectionné. C’est le summum des réalisations.

Qu’attendez-vous le plus ?

De profiter des Jeux malgré le fait que nous devons tous traverser beaucoup de difficultés et de restrictions.

Nous avons reçu beaucoup d’informations pour la préparation avant le début des Jeux paralympiques. Une partie provient de l’application OCHA (Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’ONU) que nous devions télécharger sur nos téléphones. D’autres informations sont venues de l’équipe de juges-arbitres. Ce que nous devons faire et quand. Comme où aller et recevoir nos uniformes, la réunion des arbitres, à quelle heure ils s’attendent à ce que nous soyons sur le site, la préparation du match, etc.

Le plus important est de recevoir ces deux résultats de tests NÉGATIFS  (96,72  heures) ! Télécharger le résultat du test de 72 heures vers OCHA. Tout le monde est censé le faire.

Mon voyage au Japon – Jeux Paralympiques 2020

Le 21 août, après toutes mes préparations et deux tests Covid effectués, tous deux négatifs, je suis parti de Winnipeg pour Tokyo.

La première étape du voyage était un vol de trois heures vers Vancouver dans un avion bondé. Quelle surprise après avoir atterri à Vancouver ! Une dame représentant Japan Airlines m’attendait avec une voiturette électrique, pour me conduire à la bonne porte d’embarquement. L’ensemble des procédures avec Japan Airlines s’est très bien déroulé. Ils ont vérifié mon accréditation, les tests Covid (faits 96 et 72 heures avant mon vol international), l’application OCHA et m’ont remis ma carte d’embarquement pour Tokyo. C’était fait avec le sourire et rapidement !!!!

Lors de la deuxième étape de mon voyage, l’avion Boeing 787 était presque vide, seulement 11 passagers (probablement avec un équipage plus nombreux ). L’avion a décollé à l’heure pour Tokyo. Ils m’ont même demandé où j’aimerais m’asseoir. Malheureusement, non, ils ne m’ont pas proposé la classe affaires ! C’est peut-être le seul point négatif de mon expérience avec Japan Airlines !

C’était un vol très agréable, avec un équipage super sympathique, un excellent service, une très bonne nourriture, du thé chaud au citron et pour dessert une bière japonaise froide!

Après mon arrivée, j’ai dû suivre toutes les procédures en raison de la Covid, vérifier mes documents de travail, l’application OCHA, et bien sûr un test Covid a dû être refait. Le processus d’immigration s’est déroulé sans problème en moins de 2 heures. Par la suite, j’ai dû attendre le transport. J’ai eu de la chance car j’étais le seul des 11 passagers à y être pour les Jeux paralympiques, les autres passagers rentraient chez eux au Japon. L’hôtel est très agréable, avec petit déjeuner inclus. Chambres individuelles pour tous les officiels, avec une belle vue. J’ai eu une chambre au 30ème étage, qui est de taille convenable pour les normes japonaises.

Le représentant de l’ITTF a distribué hier soir les uniformes des arbitres du commanditaire de tennis de table « Li-Ning ». Aujourd’hui, nous allons nous procurer nos vêtements paralympiques officiels. Répétition en soirée, en parallèle nous nous familiariserons avec le site de compétition et le matériel d’arbitrage (tableaux de score etc.).

Aujourd’hui est mon deuxième jour après mon arrivée à Tokyo. La première partie de la journée après un très bon petit déjeuner consistait à récupérer notre uniforme olympique. Tôt le matin, l’autobus nous a emmenés au Centre pour les uniformes et nous avons reçu une veste, un pantalon, des t-shirts, des chemises, des chapeaux, un sac, une ceinture, des cuissards et des baskets. Beaucoup de trucs que techniquement on ne pourra pas porter ! Nos vêtements paralympiques portés pendant la compétition doivent être laissés à l’hôtel. Nous ne pouvons porter que des vêtements officiels d’arbitre qui ont été fournis par « Li-Ning » et distribués par l’ITTF la veille. J’ai sauté le dîner car le déjeuner était copieux. Je ne savais pas que le prochain repas serait seulement à 21h30 !

 A l’aréna, tout était fermé et ne sera ouvert qu’après le début de la compétition dans quelques jours. J’ai remarqué qu’ils ont un gros problème avec le transport aller et retour entre l’hôtel et le site de compétition. L’horaire des autobus est très mauvais !!! Même lorsque nous avons terminé nos réunions et nos répétitions, nous avons dû attendre plusieurs heures pour le transport. Nous ne sommes pas autorisés à marcher jusqu’à l’hôtel ou de l’hôtel au lieu en raison des restrictions dues à la COVID. Vivre et travailler doivent se faire dans l’environnement de notre BULLE. Au site de compétition, nous avons eu plusieurs réunions, révisé les procédures et bien sûr nous nous sommes soumis aux tests de la COVID que tout le monde a dû faire. Nous avons un petit tube en plastique où nous crachons de la salive, mettons l’autocollant avec le code-barres sur le tube et téléversons toutes les informations sur l’application OCHA et les plaçons à l’emplacement spécialement désigné. Ce test devra être fait quotidiennement pendant toute la durée de notre séjour à Tokyo. Le gouvernement du Japon surveille tout le monde et peut vous renvoyer chez vous à tout moment si vous ne respectez pas les exigences.

Demain sera le dernier jour avant le début de la compétition officielle des Jeux paralympiques ! Il y aura plus de réunions avec l’équipe d’arbitres et des occasions pour nous de nous familiariser avec l’appareil pour inscrire les résultats dans les aires de jeux.

Jour 1

Jour 3-5

Après une longue attente, le tennis de table a enfin commencé aux Jeux paralympiques.

Les trois premiers jours ont été extrêmement difficiles. Après avoir déjeuné à 5h20, nous devions prendre l’autobus à 6h25. La compétition commençait à 9h00, mais nous devions avoir auparavant une réunion de juges-arbitres. Nous y recevons les indications sur ce que nous devons faire ainsi que leurs attentes.

Le premier jour, nous avons eu à arbitrer 4 matchs le matin et 4 matchs le soir. Lors de cette première journée, j’ai eu l’opportunité de travailler avec un arbitre de Thaïlande. Le lendemain, les équipes avaient été changées et j’ai travaillé avec une arbitre féminine de Russie.

Les trois premiers jours, chacun de nous avait 8 matchs à arbitrer dans différentes catégories, certaines catégories d athlètes debouts et d’autres en fauteuil roulant, tous n’étaient pas télévisés. La chose la plus difficile est d’arbitrer le match et en même temps d’utiliser le dispositif de notation ! Non seulement les points, les matchs, les noms des joueurs mais aussi les cartons de pénalité, les temps d’arrêt, les pauses, les rotations, etc. Nous étions au gymnase vers 7h00 jusqu’à 22h30 et certaines personnes même 23h00.

À partir du cinquième jour des Jeux paralympiques, la programmation du tennis de table est beaucoup plus conviviale. Mon affectation aujourd’hui sera le match pour la médaille d’or de la classe 3 chez les femmes à la table télédiffusée.

La charge de travail de demain sera également bonne. À partir de maintenant, je peux commencer à profiter des Jeux. Cependant, chaque jour, nous devons toujours télécharger des informations sur l’application OCHA concernant ma température et placer un tube avec ma salive à l’endroit désigné dans le gymnase.

Les compétitions par équipes arrivent à la phase finale et il sera bientôt temps de rentrer à la maison. Les deux derniers jours ont été très chargés. J’ai arbitré différents groupes de classification de la classe 1 à la classe 10.

Aujourd’hui, j’ai eu quelques matchs de quart de finale tôt le matin. J’ai dû montrer un carton jaune, puis un carton rouge sur le banc, et j’ai finalement retiré le joueur de la salle. Nous avons des directives strictes sur les protocoles Covid et le port du masque est obligatoire. Malheureusement, ils avaient une idée différente et n’ont pas voulu suivre les règles !!!

Je voudrais dire un grand merci aux bénévoles qui nous aident pendant les Jeux. La plupart d’entre eux sont des étudiants, mais dans certains cas, des personnes plus matures nous aident également. Ils sont tous si polis, heureux, dévoués avec une excellente attitude. C’est un plaisir de travailler avec eux. Ce sont les superstars de ces Jeux Paralympiques !

Demain, j’ai été nommé pour arbitrer le dernier match de la journée. La finale de la classe 3 chez les hommes à 18h30. La Chine contre l’Allemagne. Il ne nous reste que très peu de matchs, mais nous devons travailler tranquillement pour préparer notre retour à la maison.